H-Cup - Leicester - 08/12/2013

Compte rendu du match

Les griffes pas suffisamment acérées  

Qu’attendre de ces deux semaines européennes ? Après sa défaite à la maison contre l’Ulster, le MHR s’est mis dans une situation délicate, l’obligeant à gagner ses 4 derniers matches. A commencer par celui d’aujourd’hui. Et autant dire que battre les Leicester Tigers, champions d’Angleterre, dans leur antre relèverait de l’exploit. Mais cette saison le MHR aime les défis, et la mauvaise passe actuelle ne lui laisse aucune autre alternative que de se battre car il serait préférable d’éviter de se faire dévorer. 
 
Mais compliqué de ne pas faire grise mine lorsque dans les premières minutes le centre Goneva prend l’intervalle pour déchirer le dernier rideau défensif et filer à l’essai après seulement 4 petites minutes, et que lorsque sur le renvoi François Trinh-Duc garde un ballon au sol et que Flood ajoute 3 points de plus. 10-0 après 7 minutes, à ce rythme là, l’après-midi va être long. Heureusement que le pack héraultais permet de grappiller quelques ballons, à l’image de celui récupéré par Pélissié sur introduction adverse pour jouer dans les 22 anglais et obtenir une pénalité. 10-3. Mais aujourd’hui Leicester semble bien trop fort. Chaque ballon devient un véritable danger, et les crochets supersoniques de Miles Benjamin en sont la preuve. Sur cette action il élimine à lui tout seul 4 montpelliérains pour filer en en-but. 17-3 après 12 minutes de jeu, puis 24-3 lorsque ce même Benjamin fait cette fois-ci parler sa vitesse le long de la ligne de touche. Il ne fallait pas arriver en retard. Et alors que les Tigers se ruent à l’attaque pour marquer ce 4ème essai synonyme de bonus offensif, un turn-over favorable à nos cistes permet à Beattie de servir Gorgodze qui se paye le luxe de nous offrir un sprint le long de la ligne de touche digne des plus grands ailiers de l’ovalie afin de sauver l’honneur des siens. 24-13 à 10 minutes de la pause. Un essai qui a le mérite de décomplexer les joueurs du MHR à l’image de Nagusa qui se lance dans une remonté de balle totalement folle pour gagner 30 mètres. 
Et suite à un lancer en touche bien négocié par l’alignement héraultais, Trinh-Duc lance Ranger plein champ qui nous gratifie d’une avancée dont lui seul à le secret alliant feintes de passes, feintes de corps et percussions pour amener le ballon à 5 mètres de la ligne anglaise. Le jeu est transformé sur l’aile de Nagusa pour que le fidjien inscrive son 9ème essai en Hcup. Essai non transformé, mais à la pause, le MHR n’est plus mené que de 6 points, 24-18. Voilà un visage bien plus conforme aux ambitions du club. La deuxième période s’annonce grandiose.
 
Rien n’est fait, et les deux équipes l’ont bien compris. Cette rencontre s’emballe et va d’un camp à l’autre, avec une certaine domination des héraultais, eux qui en 10 minutes dans ce second acte ont gâché deux occasions nettes d’essai à cause d’un en-avant. Quoiqu’il en soit, le MHR est de retour dans le match. Emmené par un Ranger définitivement plus à l’aise au centre qu’à l’aile, par un Nagusa explosif et par un Beattie omniprésent, nos cistes semblent capables de réaliser le gros coup tant espéré. 
Mais à force de ne pas concrétiser, ce qui devait arriver arriva. Sortie de mêlée parfaitement négociée par le troisième ligne centre pour qu’après un relai avec Ben Youngs, Gibson finisse derrière la ligne. Voilà donc l’essai du bonus pour les anglais, précédé par une pénalité de Flood, et les chances montpelliéraines s’envolent presque définitivement. 32-18 à 20 minutes du terme. On ajoute à cela 3 nouveaux points de Flood, et Montpellier n’aura fait illusion que quelques minutes. Seulement voilà, le MHR a du cœur, beaucoup de cœur, et Nagusa a des jambes, de sacrées jambes, car à la suite d’un beau contest de Ranger, le fidjien profite d’un turn-over pour prendre tout le monde de vitesse et remonter tout le terrain puis servir sur plateau Bérard pour le 3ème essai de nos cistes. 35-25 à 10 minutes de la fin, les anglais vont encore trembler un peu. Et même beaucoup lorsque Pélissié sert Nagusa pour son second essai, du moins croit-on, l’arbitre signalant un en-avant de passe. Quel dommage ! Une nouvelle pénalité de Flood scelle définitivement le sort du match, offrant 13 points d’avance aux Tigers. Seul lot de consolation, le doublé de Bérard dans les dernières secondes qui offre le bonus offensif mérité pour nos cistes et par la même occasion le bonus défensif. Du moins provisoirement, Lamb ajustant un dernier drop sur la sirène. 41-32 score final.
 
Montpellier pourra regretter son entame de match plus que ratée durant laquelle il a encaissé 24 points. Pour ceux qui en doutaient encore, c’est désormais officiel, la campagne européenne s’arrête là. Mais ce n’est pas la défaite que l’on retient ce soir, car perdre à Welford Road est loin d’être honteux. Non, ce que l’on retiendra c’est bien le jeu développé par nos blancs d’un soir à partir de la 15ème minute. Un jeu inspiré qui a fait vaciller les Tigers. Insuffisant certes, mais plein de promesses pour une équipe qui n’a désormais plus que le Top 14 à jouer, et ce n’est peut-être pas plus mal. 
 
Texte: Adrien Lignières
 
Points Leicester :
Drop : Lamb (80ème)
Pénalités : Flood (7ème, 57ème, 65ème, 73ème,
Essais : Goneva (4ème), Benjamin (12ème, 15ème), Gibson (61ème)
Transformations : Flood (5ème, 12ème, 16ème)
 
Points MHR :
Pénalité : Pélissié (9ème, 21ème)
Essais : Gorgodze (29ème), Nagusa (40ème), Bérard (67ème, 79ème) 
Transformations : Pélissié (29ème, 67ème), Trinh-Duc (79ème)
 
Composition Leicester :
1. Marcos Ayerza – 2. Tom Youngs (64ème : 16. Neil Briggs) – 3. Dan Cole (75ème : 18. Fraser Balmain) – 4. Louis Deacon – 5. Graham Kitchener – 6. Jamie Gibson – 7. Julian Salvi – 8. Jordan Crane (54ème : 20. Thomas Waldrom) – 9. Ben Youngs – 10. Toby Flood (74ème : 23. Ryan Lamb) – 11. Miles Benjamin – 12. Dan Bowden – 13. Vereniki Goneva – 14. Adam Thompstone – 15. Scott Hamilton
 
Composition MHR :
1. Na’ama Leleimalefaga (55ème : 17. Mischa Nariashvili) – 2. Charles Géli (54ème : 16. Thomas Bianchin) – 3. Maximiliano Bustos (54ème : 18. Paea Fa’anunu) – 4. Jim Hamilton – 5. Mickaël De Marco (57ème : 19. Thibaut Privat) – 6. Kélian Galletier (65ème : 20. Alex Tulou) – 7. Mamuka Gorgodze – 8. Johnnie Beattie – 9. Jonathan Pélissié (74ème : Eric Escande) – 10. François Trinh-Duc – 11. Yoan Audrin – 12. Thomas Combezou (62ème : 22. Wynand Olivier) – 13. Rene Ranger – 14. Timoci Nagusa – 15. Anthony Floch (65ème : 23. Pierre Bérard)