Top14 - Castres - 18/04/2014

Compte rendu du match

Montpellier peut toujours rêver
 
Ah ces déplacements à Castres ... Il faut dire qu’on commence à le connaître ce stade Pierre Antoine. 3 ans que nos Cistes ont pris l’habitude d’y faire un petit tour au mois de mai, avec plus ou moins de réussite. Et bien profitez-en, car celui-là risque bien d’être le dernier de la saison. Après sa victoire convaincante et séduisante aux pieds des Alpes, le MHR se déplace dans le Tarn pour valider un ticket direct pour Lille. Impensable il y a 5 mois quand les champions de France castrais l’emportaient à Du Manoir. Mais depuis de l’eau a coulé sous les ponts, et c’est dans son fauteuil de leader que le MHR vient défier son meilleur ennemi pas encore qualifié. Et oui, les temps changent …
 
Montpellier commence le match tambour battant, en mode leader. Une mêlée gagnée, la possession, une percée de Ebersohn et une pénalité glanée après une séquence de possession de grande qualité. Paillaugue récompense le travail de ses coéquipiers et ouvre le score. Castres répond du tac-o-tac par Kockott lui aussi sur pénalité. 3-3 après 8 minutes. Le match est parti sur de sacrées bases.
Mais le MHR semble au-dessus en ce début de match. Une nouvelle grosse séquence de conservation avec beaucoup d’intensité mise par les gros et Bérard s’extirpe du ruck pour mourir sur la ligne. Deuxième belle occasion d’essai, à nouveau convertie par des points de Paillaugue auxquels Kockott répond dans l’immédiat. Montpellier fait le jeu mais est dos à dos avec son hôte du soi. 6-6 au quart d’heure de jeu puis 9-9 10 minutes plus tard suite à de nouvelles prouesses des deux buteurs.
Le match perd en intensité, jusqu’à une percée de Capo-Ortega qui sert Kockott animé par l’envie de marquer son essai, traversant le terrain dans toute sa diagonale, oubliant même un surnombre monstrueux. Il est repris à 2 mètres de la ligne mais heureusement pour les castrais le ballon arrive sur Dulin qui sans opposition inscrit le premier essai du match.
16-9 à la pause alors que le match avait commencé sous les meilleurs hospices. Mais les castrais ne sont pas non plus les premiers venus et nos Cistes se sont au fur et à mesure désorganisés pour finalement craquer.
 
Montpellier blessé dans son orgueil attaque fort d’entrée de deuxième période pour placer Trinh-Duc dans un fauteuil qui ajuste son 8ème drop de la saison et qui ramène les siens à 4 points. Montpellier continue d’appuyer sur l’accélérateur enchaine les temps de jeu avec un belle percée de Paillaugue qui ne donnera rien.
Le reste de la partie n’a rien de très excitant, le MHR un peu brouillon essaye tant bien que mal d’investir le camp adverse et le CO pas forcément plus inspiré s’en sort tant bien que mal grâce au pied de Romain Teulet pour porter le score à 19-12 à 20 minutes du terme.
La fin du match est totalement décousue sans rien à se mettre sous la dent. Montpellier qui n’arrive pas à développer son jeu essaye tant bien que mal à créer le danger sur le camp adverse. Castres de son côté conquérant envahi le camp héraultais à la recherche d’une pénalité qui priverait nos Cistes du bonus défensif. Travail payant car à 3 minutes du terme la défense héraultaise se met à la faute, et Teulet rajoute 3 points. 22-12 à 1 minute de la fin.
Mais sur le renvoi, Ranger se saisi du ballon de façon acrobatique, pour aboutir sur une pénalité à la sirène. Trinh-Duc en bon capitaine ne rate pas l’occasion d’offrir le bonus aux siens.
22-15, score qui semble arranger tout le monde. Une qualification presque assurée pour les castrais et un bonus défensif qui permet au MHR de conserver toutes ses chances pour accrocher cette demi-finale directe. Pour le reste un match à l’ancienne, de l’engagement, pas de grandes envolées, de l’indiscipline, bref on aura vu mieux, mais l’important n’est pas là. Nos Cistes voulaient profiter de ce match pour continuer à rêver et le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils se sont offerts une rencontre électrique contre le Racing dans deux semaines. On a déjà hâte d’y être !
 
Texte: Adrien Lignières
 
Points CO :
Pénalités : Kockott (8ème, 15ème, 25ème), Teulet (62ème, 78ème)
Essais : Dulin (37ème)
Transformations : Kockott (38ème)
 
Points MHR :
Drop : Trinh-Duc (44ème)
Pénalités : Paillaugue (5ème, 13ème, 20ème), Trinh-Duc (80ème)
 
Composition CO :
1. Yannick Forestier (54ème : 17. Saimone Taumeopo) – 2. Brice Mach (58 : 16. Mathieu Bonello) – 3. Ramiro Herrera (58ème : 23. Mihaita Lazar) – 4. Richie Gray (50ème : 18. Christophe Samson) – 5. Rodrigo Capo-Ortega – 6. Jannie Bornman – 7. Ibrahim Diarra (62ème : 19. Yannick Caballero) – 8. Antonie Claassen – 9. Rory Kockott – 10. Rémi Tales – 11. Rémy Grosso – 12. Rémi Lamerat – 13. Romain Cabannes – 14. Max Evans – 15. Brice Dulin (58 : 22. Romain Teulet)
 
Composition MHR :
1. Misha Nariashvili (58ème : 23. Yvan Watremez) – 2. Mickaël Ivaldi (61ème : 16. Thomas Bianchin) – 3. Nicolas Mas (73ème : 17. Paea Fa’anunu) – 4. Jim Hamilton – 5. Sitaleki Timani (58ème : 18. Robins Tchalé-Watchou) – 6. Alexandre Bias – 7. Paul Grant – 8. Alex Tulou – 9. Benoit Paillaugue (51ème : 20. Jonathan Pélissié) – 10. François Trinh-Duc – 11. Rene Ranger – 12. Wynand Olivier – 13. Robert Ebersohn (50ème : 21. Anthony Tuitavake) – 14. Timoci Nagusa (39ème : 22. Lucas Dupont) – 15. Pierre Bérard
Photos
Vidéos