Top14 - Clermont - 22/02/2014

Compte rendu du match

Le miracle n’a pas eu lieu

4 ans d’invincibilité ! 72 rencontres sans la moindre défaite ! Dans la France du rugby le royaume Clermontois est redouté de tous. Une terre hostile d’où les ennemis s’en vont vaincus, les valises souvent pleines. La forteresse Marcel Michelin, protégée par ses Jaunards redoutables inspire la crainte. Autant dire que la mission qui attend nos Cistes relève de l’impossible. Mais comme le dit l‘adage, toutes les séries ont une fin, et après avoir conquis Ernest-Wallon, citadelle imprenable depuis le début de la saison, les troupes du MHR pourtant conscientes de la tâche qui les attend vont tenter de réaliser un des plus grands exploit de leur histoire. Et il n’y a pas de forteresses imprenables, il n’y a que des forteresses mal assiégées.

L’armée clermontoise se met d’entrée à l’attaque pour marquer son territoire. Et profite d’un ballon mis en touche volontairement par Dupont, du moins aux yeux de l’arbitre de touche, pour ouvrir le score sur pénalité grâce à la botte de Parra. Pénalité à laquelle répond le local de l’étape Anthony Floch pour mettre les deux équipes à égalité 3-3 après 7 minutes. Et après une nouvelle pénalité de Parra, les clermontois enchainent les temps de jeu dans leur propre camp pour décaler Nalaga qui raffute Floch et qui remonte 60 mètres à lui tout seul avant que le jeu ne se déporte sur l’aile pour Rougerie qui marque le premier essai du match. Essai non transformé, mais Montpellier vient de subir la foudre auvergnate. 11-3 puis 11-6 avec la réduction d’Escande sur pénalité à la 18ème minute. Malgré le danger présent à chaque attaque clermontoise, les montpelliérains restent solides en conquête avant qu’intervienne le tournant du match. A l’issue d’une pénalité jouée vite par Parra, Ranger effectue un placage appuyé à moins de 10 mètres. Ce dernier écope donc d’un carton jaune, mais Parra est sanctionné lui pour une tentative de coup de tête sur l’ailier All Black. L’arbitre prend ses responsabilités et sort le carton rouge ! Clermont va devoir jouer une heure à 14 sans son meneur de jeu. Mais pour l’heure les deux équipes sont à 14 contre 14 et énervée par ce fait de jeu, Clermont se déchaine en attaque pour, sur une action similaire au premier essai, envoyer Byrne aplatir le deuxième essai des siens. 18-6 dans une rencontre qui s’emballe.  Avant que Byrne ne récidive et n’aplatisse son deuxième essai de l’après-midi. Montpellier prend l’eau, 25-6 et perd son capitaine Trinh-Duc sur un nouveau carton jaune, déjà le troisième. La rencontre part dans tous les sens, la bataille fait rage et l’ambiance est électrique suite à un nouveau mauvais geste clermontois. Nos Cistes ont pourtant l’occasion de revenir juste avant la pause mais échouent à 5 mètres de la ligne. 25-6 à la pause après une vraie comédie de rugby dans laquelle Montpellier souffre de son indiscipline, avant de jouer la deuxième période en supériorité numérique, à moins que l’arbitre qui sort les cartons plus vite que son ombre n’en décide autrement.

La deuxième période commence comme a fini la première. Montpellier n’arrive pas à enchainer les temps de jeux, se fait contrer par des clermontois qui remontent 80 mètres, obligeant Tulou à concéder une mêlée à 5 mètres de son en-but. Toujours à 14, le MHR se noie et Sivivatu inscrit le 4ème essai auvergnat. On assiste au même scénario qu’à l’aller, mais en sens inverse. Montpellier est dépassé par une équipe clermontoise qui ne souffre en aucun cas du carton rouge infligé à Morgan Parra. Perdu pour perdu Montpellier profite d’une mêlée pour envoyer du jeu. Une séquence longue, bien construite, qui après une belle combinaison entre Trinh-Duc et Ebersohn se termine par un en-avant de Tulou. Quand rien ne va … Rien ne va ! Mais nos Cistes n’abdiquent pas et essayent de sauver l’honneur. Une nouvelle mêlée et un départ au ras de Tulou permettent de transformer le jeu sur l’aile de Dupont qui en coin aplatit sur la ligne. Essai non transformé et 35-11 à un quart d’heure du terme histoire de rendre l’addition un peu moins salée. La suite de la rencontre n’aura rien d’excitant, jusqu’au  5ème essai de l’ASM plein de réussite de Nakaitaci. Auquel répond immédiatement Rene Ranger après une superbe action héraultaise marqué par une belle passe sur un pas de Tulou et un beau travail de fixation de Bérard pour servir le nouveau serial marqueur du MHR. 42-16 ça sera le score final.

Le MHR voulait essayer de faire quelque chose à Clermont, il l’a tenté en effet. Sans succès. Montpellier est tombé sur une équipe Clermontoise survoltée et à qui la presse prédisait le pire. Mais le constat est sans appel, Clermont était trop fort, face à des montpelliérains qui ont trop souffert de leur indiscipline, encaissant 4 essais à 14. La série d’invincibilité de l’ASM durera au moins jusqu’au mois de Mars. Le MHR de son côté va devoir se remettre de cette fessée, car se profile vendredi prochain LE match à gagner contre le Stade Français. On ne se laisse pas abattre et on repart en guerre !

Texte: Adrien Lignères

Points ASM :

Pénalités : Parra (3ème, 12ème), James (53ème)

Essais : Rougerie (14ème), Byrne (29ème, 34ème) Sivivatu (44ème), Nakaitaci (76ème)

Transformations : James (30ème, 35ème, 45ème, 76ème)

Points MHR :

Pénalités : Floch (7ème) Escande (18ème)

Essais : Dupont (64ème), Ranger (78ème)

Composition ASM :

1. Raphaël Chaume (43ème : 17. Etienne Falgoux) – 2. Ti’i Paulo (16. Benoit Cabello) – 3. Clément Ric (69ème : 23. Daniel Kotze) – 4. Jamie Cudmore – 5. Nathan Hines (56ème : 18. Julien Pierre) – 6. Gerhard Vosloo – 7. Alexandre Lapandry (75ème : 19. Elvis Vermeulen) – 8. Fritz Lee – 9. Morgan Parra – 10. Brock James – 11. Napolioni Nalaga – 12. Benson Stanley – 13. Aurélien Rougerie (69ème : 21. Noa Nakaitaci) – 14. Sitiveni Sivivatu – 15. Lee Byrne (73ème : 22. Jean-Marcelin Buttin)

Composition MHR :

1. Yvan Watremez (48ème : 17. Nahuel Lobo) – 2. Charles Géli (48ème : 16. Mickaël Ivaldi) – 3. Paea Fa’anunu – 4. Mickaël De Marco (45ème : 18. Robins Tchalé-Watchou) – 5. Sitaleki Timani (45ème : 19. Thibaut Privat) – 6. Alexandre Bias – 7. Fred Quercy (53ème : 21. Kélian Galletier) – 8. Alex Tulou – 9. Eric Escande (53ème : 20. Benoit Paillaugue)– 10. François Trinh-Duc – 11. Lucas Dupont – 12. Wynand Olivier – 13. Robert Ebersohn – 14. Rene Ranger – 15. Anthony Floch (67ème : 22. Pierre Bérard)

 

Photos
Vidéos