Top14 - Racing Metro 92 - 03/05/2014

Compte rendu du match

Irrésistibles Cistes

Cette fois ça y est … C’est la « der » comme on dit. Le dernier match de la saison régulière, le dernier match à la maison … Et non il n’y en aura pas d’autre. On aura espéré toute la saison mais en vain. Comme chaque année le MHR ne jouera pas de barrage à domicile … La faute à un parcours exceptionnel qui leur offre le droit de prendre un aller direct pour Lille, sans escale. Bon on y est pas encore c’est vrai. Avant ça il va falloir venir à bout de la meilleure équipe de la phase retour, d’un Racing qui après des débuts difficiles tourne maintenant à plein régime. Mais devant leur public, dans un stade chauffé à blanc, pour le retour de Captain Fufu et pour la « der » de Mamuka nos Cistes ne vont pas avoir d’autres alternatives que de gagner. Ca tombe bien on ne leur laisse pas le choix.
 
Montpellier veut faire les choses dans l’ordre en s’appuyant sur son jeu d’avant. Problème, le Racing est en pleine confiance et joue les coups à fond à l’image d’un premier surnombre mal négocié par Estebanez qui mange la feuille de match mais que c’était dangereux ! Ajoutez à cela un lancé mal négocié et une mêlée à 5 mètres de l’en-but héraultais pour le Racing et le MHR est déjà sous pression. Heureusement la défense de nos bleus à l’image de Tuitavake est impeccable ! Montpellier investit le camp adverse, et alors que Sexton tente de dégager son camp, Olivier surgit pour contrer le coup de pied et récupérer la gonfle pour filer inscrire le premier essai du match. 7-0 après 10 minutes, le coach du Racing doit l’avoir en travers de la gorge.  Après deux pénalités de Sexton puis Trinh-Duc, Montpellier continue sa domination territoriale. Emmené par ses gros et notamment un Mamuka Gorgodze au four et au moulin, le MHR avance. Olivier casse un placage, joue le une deux avec Tulou et s’en va inscrire son deuxième essai personnel. Essai magnifique qui avec la transformation de Trinh-Duc porte le score à 17-3 après 22 minutes de jeu. Le soleil et l’approche des phases finales transcendent nos Cistes. Mais le Racing profite d’un coup de pied contré de Pélissié pour remettre la pression et à nouveau vendanger un surnombre, Ducalcon voulant y aller tout seul lâche la balle dans l’en-but. Une première période d’une grande intensité, comme un petit avant goût de ce qui nous attend dans les prochains jours. Agressivité, discipline, un cœur énorme, tous les ingrédients sont là du côté du MHR à l’inverse d’un Racing presque aussi pâle que son maillot. La conquête n’est pas en reste non plus, et avec un Trinh-Duc qui dompte le vent sans le moindre problème, le score enfle à 20-3 puis 23-3 à 5 minutes de la pause. Mais le MHR ne s’arrête pas là, continuant d’accélérer à l’image d’un passage de bras de Ranger pour Tulou, un relance de 50 mètres, un deux contre un d’école, un véritable hourra rugby ! Le Racing n’y est plus, n’y a jamais été et la pause arrive au meilleur moment pour les ciels et blancs. Nous on en redemande. 
 
 La deuxième mi-temps commence sur les chapeaux de roues ! Un ballon perdu par le Racing sur les 22 du MHR, Trinh-Duc tape au pied, et Ranger lancé comme une flèche récupère le ballon tel un funambule, dépose Roberts à la vitesse et va inscrire le 3ème essai de siens. Trinh-Duc continue son récital et voilà le MHR qui mène 30-3 après 42 minutes. La partition de François est parfaite, ne manque plus qu’un essai. Vous avez dit essai ? Une interception sur ses 22, un placage cassé, et plus personne ne reverra notre capitaine. 37-3 après la transformation, bonus sécurisé, 22 points de Trinh-Duc que dire ? Même le très bel essai de Sexton dans la foulée n’enlève rien au parfum de fête qui règne à Du-Manoir, surtout quand Fufu effectue son grand retour sous l’ovation du stade. 37-10 dans ce match de très haut niveau. Alors que la partie baissait en intensité, Escande trouve le décalage pour servir Ranger  qui s’en va inscrire son doublé. Du moins croit-on, l’esprit d’équipe et le fair-play l’amène à servir dans l’en-but Combezou. Superbe essai collectif qui porte le score à 44-10 et qui a le mérite d’enflammer totalement le stade se lançant dans une ola qui aura bien duré 4 tours ! Oui la fête est complète.
L’issue du match ne fait plus aucun doute et les « on est en demi » s’élèvent des travées de Du-Manoir. On aurait envie de prolonger le plaisir éternellement. Plus rien ne sera marqué mais qu’importe. Au terme d’un match fou, Montpellier a sorti l’une de ses plus belles prestations ! Une victoire bonifiée probante contre l’équipe la plus en forme du moment. Oui le MHR verra bien Lille dans 15 jours, et a envoyé un signal très fort à ses concurrents ! Un après-midi, de joie, de communion avec un public bleu et blanc bien présent, un hommage à la hauteur de son talent pour notre Mamuka, on voudrait y rester toute la nuit. Mais le travail n’est pas fini, il reste encore deux matchs à gagner avant de se permettre de passer une nuit blanche …
 
Texte: Adrien Lignères
Photos: Fabrice Chort
 
Points MHR :
Pénalités : Trinh-Duc (16ème, 30ème, 33ème)
Essais : Olivier (9ème, 21ème), Ranger (41ème), Trinh-Duc (50ème), Combezou (61ème)
Transformations : Trinh-Duc (10ème, 22ème, 43ème, 51ème), Escande (62ème)
 
Points RM92 :
Pénalités : Sexton (13ème, 
Essais : Sexton (53ème,
Transformations : Sexton (54ème,
 
Composition MHR :
1. Mischa Nariashvili (63ème : 17. Yvan Watremez) – 2. Charles Géli (62ème : 16. Mickaël Ivaldi) – 3. Nicolas Mas (62ème : 23. Paea Fa’anunu) – 4. Robins Tchalé-Watchou (54ème : 18. Sitaleki Timani)– 5. Thibaut Privat – 6. Alexandre Bias (54ème : 19. Fulgence Ouedraogo) – 7. Mamuka Gorgodze – 8. Alex Tulou – 9. Jonathan Pélissié (54ème : 20. Eric Escande) – 10. François Trinh-Duc – 11. Yoan Audrin – 12. Wynand Olivier – 13. Anthony Tuitavake (58ème : 21. Thomas Combezou) – 14. Rene Ranger – 15. Pierre Bérard (65ème : 22. Anthony Floch)
 
Composition RM92 :
1. Julien Brugnaut (51ème : 17. Eddy Ben Arous) – 2. Virgile Lacombe (63ème : 16. Jérémie Mauruard) – 3. Luc Ducalcon (58ème : 23. Brian Mujati) – 4. Juandre Kruger (68ème : 18. Fabrice Metz) – 5. François Van Der Merwe – 6. Wenceslas Lauret – 7. Antoine Battut (51ème : 19. Bernard Le Roux) – 8. Jacques Cronje – 9. Maxime Machenaud (63ème : 20. Mike Phillips) – 10. Jonathan Sexton – 11. Marc Andreu (76ème : 21. Henry Chavancy) – 12. Jamie Roberts – 13. Fabrice Estebanez – 14. Adrien Planté – 15. Juan-Martin Hernandez (58ème : 22. Benjamin Lapeyre)
Photos
Vidéos