Top14 - Toulouse - 08/09/2013

Compte rendu du match

Dieu que c’est bon !

Au diable les recommandations des médecins, au diable les corps trop sollicités, au diable la fatigue, au diable les trois matches en huit jours, s’il y a bien une chose qui compte c’est la réception du Stade Toulousain. Car il serait dommage sur 80 minutes de gâcher le travail accompli depuis le week-end dernier. Une victoire contre Toulouse et la frustration du début de saison est envolée. A l’inverse, une défaite et le MHR replonge dans le doute. L’objectif est donc clair pour les hommes du trio Galthié-Glas-Ledesma, faire tomber les rouges et noirs, et passer définitivement à autre chose, prouver qu’il faudra bien compter sur eux.
 
Dans un stade plein comme un œuf, avec un public chaud bouillant, se sont les toulousains qui ont la première occasion d’ouvrir le score sur pénalité à 50 mètres, mais le coup de pied de Luke McAlister est légèrement trop court. Ce n’est pas grave, on ne lui en veut pas. Un hors-jeu lui offre cependant une deuxième chance, et l’ouvreur néo-zélandais opte pour la touche. La pression est d’entrée de jeu sur les héraultais. Touche qui ne donnera rien mais qui confirme les intensions toulousaines en ce dimanche après-midi, faire un résultat en terre languedocienne. Match âpre, extrêmement serré, en ce premier quart d’heure, pas vraiment une surprise. Et un plaquage haut toulousain offre la possibilité à Jonathan Pélissié d’inscrire les premiers points de la partie. Mais comme son vis-à-vis toulousain, le buteur montpelliérain manque lui aussi la cible. Comme l’impression de revivre le même match que l’an dernier. Vient le moment d’admirer la défense de nos cistes qui, suite à un débordement de Gear, arrive à arracher le ballon des mains toulousaines. Personne ne veut lâcher le morceau. Et à la suite de cette action, une relance majuscule d’Anthony Floch amène Jonathan Pélissié à retenter sa chance dans l’exercice des pénalités. Deuxième échec, le léger vent tourbillonnant n’aidant pas les buteurs.  Vient l’instant de malice, ou de génie, voire même les deux, du jeune Pélissié. A la suite d’une bonne touche de nos bleus, le demi de mêlée héraultais profite d’un trou de souris pour se faire la malle, contourner toute la défense du Stade et aplatir un essai de grande classe. Essai validé après la vidéo, ce n’est même plus une surprise, et transformé par Pélissié himself. 31 minutes de jeu et 7-0 pour le MHR. De quoi revigorer les joueurs mais aussi le public.
Des montpelliérains dynamiques qui remontent tous les ballons faisant parfois preuve de maladresse. Emmené dans le sillage d’un Pélissié excellent, les héraultais repartent à l’attaque. Un débordement du 9 bleu qui fixe parfaitement son défenseur pour servir Audrin dont le coup de pied à suivre envoi Floch à l’essai. Petit hic, ce dernier était devant au moment du coup de pied. Essai logiquement refusé. Rageant quand on sait que Pélissié suivait parfaitement l’action et aurait pu se charger de la conclure. Mais nos cistes ont du cœur, et ils le prouvent, un ballon récupéré, une relance, un coup de pied à suivre de Tuitavaké récupéré par Médard mais vite mis au sol par un plaquage agressif de ce même Tuitavaké et pénalité pour le MHR. De l’envie, des tripes, une action qui illustre parfaitement la motivation de ce groupe. Cette fois-ci Pélissié la met au fond. 10-0 à quelques secondes de la mi-temps. De quoi faire rugir de plaisir le stade Yves-du-Manoir. 
 
Un début de deuxième période rythmé par des fautes de main et des maladresses, mais où l’agressivité est toujours présente, de quoi obtenir une nouvelle pénalité, tentée cette fois-ci par Anthony Floch et son pied gauche. Et le voilà qui inscrit ses premiers points avec le maillot bleu. 51ème, 13-0. Des toulousains agacés, en particulier Florian Fritz qui en paye les frais par un carton jaune. Et à un de moins c’est toujours moins simple. Alors que les toulousains ont un lancé sur les 22 montpelliérains, un ballon récupéré entraine un relance de 60 mètres de Nagusa, un coup de pied à suivre de Floch met les toulousains sous pression qui cafouillent dans leur en-but. Trinh-Duc qui traine par-là se jette pour aplatir. Nouvel arbitrage vidéo et … Nouvel essai accordé ! C’est solide ! Essai non transformé mais qu’importe. A la 59ème, le MHR mène 18-0 ! Ajoutez à cela une mêlée dominatrice, et le constat est simple, non les toulousains n’y sont plus… Les montpelliérains eux sont là par contre car encore une fois leur agressivité et leur détermination font des miracles. Un ballon récupéré sur nos 5 mètres profite à Nagusa pour placer une accélération face aux avants adverses, un relai de Trinh-Duc, puis un autre de Sicart l’envoie pointer dans l’en-but. 2 essais + 1 qui font 3, non vous ne rêvez pas, le MHR mène 25-0 et surtout empoche le bonus offensif face à l’ogre toulousain. De quoi faire vibrer les travées du stade, à deux doigts de se fissurer ! Mais pas de bêtises, car l’histoire récente nous a apprit qu’un bonus n’est obtenu qu’à la fin de la partie, et il reste encore 10 minutes à jouer. Et les toulousains, blessés dans leur orgueil mettaient tout en œuvre pour priver nos cistes de ce bonus tant mérité. Mais la leçon a été bien apprise car après une succession de jeu d’avants à quelques mètres de la ligne montpelliéraine, la défense intraitable de nos bleus leur permet de récupérer le ballon à une minute du terme. 
 
Au terme d’un match maîtrisé de bout en bout, et grâce à un mental et une envie indéfectibles, le MHR a terrassé l’ogre toulousain. 25-0, le score parle pour lui. Jamais Toulouse n’était parti à vide de Montpellier, il faut bien une première à tout. Au diable le match de Toulon, au diable le match de Biarritz, au diable le dernier quart d’heure de Brive, s’il y a bien une chose qui compte c’est ce bonus contre Toulouse. Le MHR a envoyé un message fort à ses concurrents.  
 
Texte : Adrien Lignières
Photos : Fabrice Chort
 
Points MHR :
Pénalités : Pélissié (39ème,), Floch (50ème)
Essais : Pélissié (29ème), Trinh-Duc (58ème), Sicart (70ème)
Transformations : Pélissié (30ème), Paillaugue (71ème)
 
Composition MHR :
1. Yvan Watremez (53ème : 17. Na’ama Leleimalefaga) – 2. Mickaël Ivaldi (59ème : 19. Charles Géli) – 3. Nicolas Mas (53ème : 23. Maximiliano Bustos) – 4. Mickaël De Marco – 5. Thibaut Privat (53ème : 18. Robins Tchale-Watchou) – 6. Fulgence Ouedraogo (72ème : 19. Johnnie Beattie) – 7. Alexandre Bias – 8. Alex Tulou – 9. Jonathan Pélissié (65ème : 20. Benoit Paillaugue) – 10. François Trinh-Duc – 11. Timoci Nagusa – 12. Wynand Olivier – 13. Anthony Tuitavaké (72ème : 21. Thomas Combezou) – 14. Yoan Audrin – 15. Anthony Floch (68ème : 22. Benoit Sicart)
 
Composition ST :
1. Schalk Ferreira (51ème : 17. Cyril Baille) – 2. Christopher Tolofua (65ème: 16. Martens Van der Heever) – 3. Census Johnston (23. Dorian Aldegheri) – 4. Romain Millo-Chluski (64ème: 18. Yoann Maestri) – 5. Iosefa Tekori – 6. Yannick Nyanga – 7. Thierry Dusautoir  (51ème : Gillian Galoan) – 8. Louis Picamoles – 9. Jean-Marc Doussain (51ème : 20. Sébastien Bézy) – 10. Luke McAlister  (71ème: 21. Lionel Beauxis) – 11. Hosea Gear – 12. Florian Fritz – 13. Yann David (51ème : 22. Gaël Fickou) – 14. Maxime Médard – 15. Yoann Huget
Photos
Vidéos