Focus sur : Newcastle - Montpellier

Le 18 octobre 2018

Après avoir triomphé d'Edimbourg, le MHR continue sa campagne européenne avec un déplacement chez les Falcons de Newcastle. Lanterne rouge de son championnat, le club anglais n'en reste pas moins un adversaire redoutable, qui s'est d'ailleurs payé le luxe de vaincre Toulon au stade Mayol...

« On ne sous-estime pas cette équipe », confirmait Vern Cotter en ouverture de la traditionnelle conférence de presse d’avant-match. Habitué des joutes européennes, le coach néo-zélandais sait pertinemment qu’aucun match n’est facile dans cette Champions Cup. « Newcastle est une équipe en forme physiquement et qui a de l’expérience. On s’attend à un gros match ». Il serait en effet piégeur de se fier aux résultats des Falcons dans leur championnat domestique, qui ont certes baissé pavillon à trois reprises devant leur public, mais à chaque fois contre une équipe de haut de tableau (les Saracens, Exeter puis les Wasps).

C’est donc un déplacement difficile qui attend les coéquipiers de Vincent Martin, excellent face à Edimbourg le week-end dernier. « Si on a les ambitions de se qualifier pour les quarts-de-finale, ça va passer par une victoire à l’extérieur » affirme le natif d’Avignon. Mais pour triompher en Angleterre, nos Cistes devront tenir le rythme imposé pendant 80 minutes, chose qu’ils n’ont pas su faire face aux Ecossais. « C’est une équipe similaire à Edimbourg, qui tient bien le ballon et qui exploite le jeu au pied pour mettre de la pression sur son adversaire », détaille celui qui sera titulaire sur l’aile dimanche. « Il y aura beaucoup de rythme, à nous de ne rien lâcher ! ». Une opposition à la hauteur de l’événement, qui aura valeur de test pour le MHR avant une double-confrontation face au RCT en décembre, qui sera peut-être déjà décisive…

Très en vue face à Edimbourg, le polyvalent Vincent Martin sera reconduit au poste d'ailier dimanche.

Sur la pelouse synthétique du Kingston Park, favorisant les libérations rapides, nos Montpelliérains devront museler une ligne de trois-quarts qui s’est montrée particulièrement incisive face à Toulon, ce qui n’a pas échappé à Vincent Martin. « Ils ont des joueurs capables de faire des petits exploits comme leurs ailiers Goneva et Sinoti. Ils s’appuient beaucoup sur ces deux-là, avec en plus de cela une charnière rapide. Ils proposent un jeu très anglo-saxon, avec un jeu d'avants très intelligent ». Une analyse complétée par le technicien à la casquette inamovible : « Il faudra conserver le ballon, mettre de la vitesse et les empêcher d’avancer, sinon ils sont difficiles à contrer ». Ce qui est certain, c’est que nos Cistes ont su profiter de leur huit jours de préparation pour bien potasser leur adversaire. Mais de la théorie à la pratique, il reste une grande marche à gravir…