Focus sur : Stade Français - Montpellier

Le 25 octobre 2018

Certaines défaites sont riches en enseignements. La dernière en date, essuyée au Kingston Park de Newcastle au terme d’un match qui ne voulait pas se terminer, en fait probablement partie. Passée la déception, nos Cistes doivent désormais rebondir en championnat, avec un voyage périlleux dans la capitale…

Bien qu’ayant assisté à ce cruel dénouement depuis les tribunes, Alexandre Dumoulin dressait un constat lucide sur la performance en demi-teinte des Montpelliérains en Angleterre. « C’est une défaite dure à digérer. On paie un peu notre première période. » Le Berjallien, qui retrouvera ses galons de titulaire demain soir, relativise malgré tout ce revers à l’extérieur. « C’est une défaite de laquelle il faut s’inspirer. Tout le monde a envie de rebondir et de basculer sur des victoires. » Pas vraiment une mince affaire au moment de rendre visite au deuxième du championnat dans son antre, au stade Jean-Bouin…

Une formation du Stade Français Paris sûre de ses forces, qui a pu profiter de la Challenge Cup pour assurer le turnover de son effectif et qui s’annonce comme un adversaire difficile à manœuvrer pour le coach Vern Cotter. « C’est une équipe bien organisée. L’entraîneur Heyneke Meyer, que je connais bien, y a instauré une "mentalité Test match". Ils ont une bonne conquête… C’est robuste ! » Même son  de cloche chez Alexandre Dumoulin. « C’est l’une des meilleures équipes du championnat sur ce début de saison. Ils sont puissants, et derrière, ça va vite. Ils sont complets sur tous les postes (…) C’est une équipe joueuse quand elle est dans l’euphorie. A nous de répondre dans le jeu. » Pour ce faire, nos Cistes pourront donc s’appuyer sur l’expérience de leur trois-quarts centre international, enfin débarrassé de ses pépins physiques.

Titularisé au poste de premier centre, Alexandre Dumoulin fera sa troisième apparition de la saison demain soir à Jean-Bouin.

Aligné au centre d’une ligne de trois quarts rajeunie, l’ex Racingman aura fort à faire, face à une équipe parisienne très dense, devant comme derrière. Une aubaine pour Vern Cotter, qui comme à son habitude sans trop en dire, met le doigt sur l’un de secteurs clés de la rencontre : « Je pense qu’on sera un peu plus léger qu’eux sur le terrain, c’est peut-être le bon jour pour jouer sur l’évitement. Mais jouer avec rapidité ne veut pas dire qu’il ne faut pas être présent dans l’engagement physique ». Entre deux équipes désireurses de rebondir, à qui s'offrira la victoire ? Réponse demain soir dès 20H45...