• Equipe pro
  • ExclusivitéExclusivité

Guilhem Guirado s'engage avec le MHR pour trois saisons

Le 29 novembre 2018

Le Montpellier Hérault Rugby est fier d'officialiser l'arrivée du talonneur international Guilhem Guirado à partir de la saison prochaine. Formé à Arles-sur-Tech, il rejoint Perpignan où il remporte le Bouclier de Brennus en 2010 avant de poser ses valises à Toulon en 2014, avec qui il soulève la Coupe d'Europe. Le capitaine du XV de France s'est engagé avec le MHR pour trois saisons, soit jusqu'en 2022.

MHR : Guilhem, tu as donc choisi de t’engager avec le MHR pour trois saisons. C’est un choix fort, autant sportivement que personnellement.

G.G : Bien évidemment, ça a été un choix très important, qui a demandé beaucoup de réflexion. Maintenant, c’est officiel. Je suis très content de rejoindre le MHR.

Pourquoi avoir choisi Montpellier ?

Étant originaire de Perpignan, c’est un club que je connais bien et dont je me sens proche. Il démontre ses ambitions au quotidien : le MHR veut réussir, s’installer au plus haut niveau et bien sûr gagner des titres. C’est également mon ambition. Il ne reste plus beaucoup de saisons devant moi.

Le club est toujours en quête de son premier Bouclier de Brennus. Est-ce pour toi une source de motivation supplémentaire ?

Bien sûr. Nous avons un point commun, nous sommes tous les deux nés en 1986 ! Certes c’est un jeune club, mais il est au cœur d’une région ayant une forte histoire avec le rugby, ce qui est très important pour moi. Je suis content de mon choix, c’est de bon augure pour la suite.

Etait-il hors de question pour toi de quitter le Sud ?

De quitter la Méditerranée, oui ! Je crois que j’ai besoin de la mer pour vivre (Rires). Je pense que pour réussir, il faut de bonnes conditions de vie. Pour ma famille, vivre dans une ville telle que Montpellier ne peut être qu’enrichissant. C’est une cité-phare de la région et j’y ai pas mal d’amis.

Nos joueurs, que tu connais bien, t’ont-ils conforté dans ton choix ?

Bien sûr. Je connais beaucoup de joueurs montpelliérains, que j’ai côtoyés en sélection ou sur les terrains de Top 14, notamment Fulgence Ouedraogo et Louis Picamoles. On se «  joue » depuis petit puisque nous sommes de la même génération. Je l’ai bien sûr pris en compte au moment de prendre ma décision. Tout était fait pour que ça se passe bien.

Est-ce un nouveau départ pour toi, à 32 ans ?

Je n’ai pas l’impression de les avoir ! Changer de club, ça fait se sentir un petit peu plus jeune ! Mais je suis vraiment content car c’était un moment important de ma carrière. C’est aussi une remise en question : il s’agit de changer ses objectifs et son mode de fonctionnement. Il va falloir m’acclimater, m’installer avec ma famille et découvrir un nouveau projet… je vois cela comme une belle opportunité.

Quels sont tes objectifs personnels au moment de t’engager avec le MHR ?

À tout prix, de gagner des titres. Je sais l’étendue du travail qu’il y a à faire. Le Top 14, comme la Coupe d’Europe, représente un travail de longue haleine qui demande énormément de concessions et un gros esprit collectif qui se construit sur la longueur, parfois dans la difficulté. Je connais le prix à payer pour gagner. Au vu de son parcours la saison dernière, je pense que le groupe a encore plus envie de saisir cette opportunité.

La double-confrontation QUI approche entre le MHR et le RCT aura-t-elle une saveur particulière ?

Nous avons une poule très serrée. Pour nous, qui avons déjà perdu un match à domicile, ce sera très compliqué. Il faudra rester maître à domicile et faire un coup à l’extérieur… Rien n’est écrit, mais on sait que ce sera très difficile contre nos concurrents, qui plus est contre une équipe comme Montpellier qui nourrit de grandes ambitions dans cette compétition.  Ce seront des matchs couperets. Mais quand on porte le maillot de Toulon qui a tant brillé dans cette compétition, il est difficile de la délaisser !

Que peut-on te souhaiter pour terminer ?

Pour moi le plus important reste la famille et la santé. Il faudra également être indulgent avec moi lorsque j’arriverai car je serai un peu perdu (Rires). Je sais que le club de Montpellier est compétiteur et qu’il voudra être à la hauteur de ses ambitions, comme mon club de Toulon, qui a su m’adopter et qui m’est cher. C’est une page qui se tourne et j’ai l’intention de bien la tourner !