Equipe 1

News

MSR : Interview de Pélissié

Vendredi 25 Juillet 2014
Montpellier Summer Rugby / Jonathan Pélissié : « Une belle soirée à vivre »
 
Mis à l’honneur sur l’affiche du Montpellier Summer Rugby, Jonathan Pélissié a été placardé un peu partout dans les rues de la cité montpelliéraine et ses environs. Il était donc l’homme idoine pour nous parler de cette grande soirée programmée ce vendredi à partir de 18h00 à Du Manoir, avec, en lever de rideau, Lyon OU-US Oyonnax, avant le choc MHR-Saracens, à 20h45. Une soirée qui s’annonce belle, avoue le demi-de-mêlée ciste, et qui marquera surtout le retour au rugby pour les troupes de Fabien Galthié.
 
MHR : Dans quel état d’esprit es-tu au moment de retrouver le parfum des matchs ?
Jonathan Pélissié : Il y a beaucoup de joie de pouvoir reprendre la saison et beaucoup d’envie. On a des joueurs qui intègrent le groupe, on va pouvoir mettre les automatismes en place, c’est important. Et si le beau temps est au rendez-vous, cela représentera une belle soirée à vivre.
 
Ce sera aussi l’occasion de retrouver le public montpelliérain. Qu’est-ce que cela représente pour toi ?
Je suis toujours très agréablement surpris de voir ce public montpelliérain nous soutenir avec autant de passion et j’aime beaucoup cela. Plus il y a du monde, plus il y a de bruit, plus on aime ça sur le terrain. Ce sera donc très sympa de retrouver le public au début, pendant et à la fin du match.
 
Concrètement, qu’est-ce que l’on peut attendre d’un premier match de préparation ?
De remettre petit à petit les choses dans l’ordre, de reprendre le contact, les automatismes qui ont fait que, la saison dernière, pas mal de choses se sont bien passées. Il faut essayer de remettre le jeu en place, tout simplement, d’intégrer les recrues dans notre système de jeu et d’essayer de se libérer pour préparer le début de saison du mieux possible.
 
Existe-t-il une appréhension à retrouver le combat, les impacts, deux mois après votre dernière rencontre ? 
On a surtout beaucoup d’envie. On a tous envie de reprendre le jeu, de s’épanouir sur le terrain. Il y aura peut-être un peu d’appréhension parce que ce seront les premiers contacts réels de match, mais pas trop, je pense.
 
Niveau physique, vous en êtes où ?
Tout va bien, on a fait une bonne préparation. Tout le monde est plutôt bien affûté pour attaquer ce premier match. Maintenant, la réalité, c’est le terrain. Le rythme, il faut l’acquérir sur le terrain.
 
Commencer les matchs de préparation par un gros morceau comme les Saracens, vice-champions d’Europe et d’Angleterre en titre, c’est une bonne manière de se mettre dans le bain ?
Que ce soit les Saracens ou une autre équipe, cela ne change pas grand-chose fondamentalement. Cependant, c’est toujours bien de se confronter à ce qui se fait de mieux en Europe. Il faut savoir jouer ces matchs-là, savoir affronter ce genre d’adversaires. Cela peut constituer une bonne expérience à emmagasiner.