• Centre de formation
  • InterviewInterview

Recrues 2017-2018 : Guillaume Galletier

Le 27 juin 2017

Pour les supporters montpelliérains, son nom est évidemment familier... Après deux saisons au LOU Rugby, Guillaume Galletier est de retour au MHR pour trois saisons et intègrera dès cet été le centre de formation. Rencontre avec un véritable enfant du club.

Guillaume, peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas ?

Je m’appelle Guillaume Galletier, je suis né le 7 mars 1997 à Montpellier. J’ai commencé à l’école de rugby de Jacou, et j’ai ensuite rejoint Montpellier en Benjamins. J’y ai joué jusqu’en Crabos, où on a terminé sur un titre de champion de France avec la génération 1997. En bref, je suis du cru ! Parallèlement, j’ai intégré le Pôle Espoir de Béziers, et j’ai été sélectionné dans les différentes Equipes de France jeunes. J’ai d’ailleurs été champion d’Europe aux côtés de Thomas Darmon. J’ai ensuite posé mes valises à Lyon pendant deux ans, et me voilà de retour.

Il semble que le rugby à Montpellier, c’est une affaire de famille… Peux-tu nous en dire plus ?

Forcément, j’ai un nom qui veut dire quelque chose à Montpellier… C’est une grande fierté et un moteur pour moi. Mes deux oncles ont été capitaines de l’équipe première quand j’étais petit, mon père a également joué ici. Maintenant, mon cousin Kélian est vice-capitaine de l’équipe professionnelle, donc j’ai été bercé dans le milieu du rugby. Ce club fait partie de moi, fait partie de ma vie, et je suis vraiment très content de revenir.

Comment se sont passées tes deux saisons au LOU ?

Ça a été un peu compliqué, notamment la première année, car je me suis rompu les ligaments croisés du genou… J’ai donc été en convalescence pendant un petit moment. Puis je suis revenu, et j’ai connu le bonheur de jouer mon premier match professionnel avec Lyon, c’est un super souvenir. Mais je n’avais qu’une envie, c’était de rentrer à Montpellier. Quand la fin de mon contrat s’est approchée et que le MHR est revenu vers moi, je n’ai pas réfléchi longtemps et ça s’est vite réglé !

Tu arrives cette saison accompagné de Vincent Giudicelli, vous avez d’ailleurs un parcours similaire. Tu peux nous parler de lui ?

Vincent, c’est un de mes meilleurs amis, on joue ensemble depuis qu’on est petits. On a connu de superbes moments ensemble, notamment ce titre de champion de France. Je suis arrivé un an avant lui à Lyon. Il m’a rejoint et nous étions voisins. C’est un super mec, un super joueur et une bonne recrue pour le club.

Y a-t-il d’autres joueurs dont tu es proche au sein de l’équipe ?

Évidemment, je suis très proche de mon cousin Kélian avec qui on entretient des liens très forts. Il m’aide beaucoup, et c’est vraiment un exemple pour moi. Grâce à lui, j’ai eu la chance de côtoyer les « cadres » pour ne vexer personne (Rires). Mais je connais surtout les jeunes comme Martin Devergie, Thomas Darmon ou Yvan Reilhac.

Tu joues à un poste, trois-quarts centre, qui est bien fourni au MHR…

Exactement, je pense notamment à Alexandre Dumoulin qui est un international français, mais aussi à Jan Serfontein qui fait beaucoup parler de lui ! C’est génial pour moi parce que je suis jeune, je ne demande qu’à apprendre ! Je pense qu’il n’y a pas mieux pour progresser que d’évoluer aux côtés de tels joueurs, donc je suis très heureux. J’ai tout à prouver. Je suis là pour m’aguerrir, et si jamais une petite place se libère, j’essaierai de la prendre… Mais je suis surtout là pour apprendre !

Le MHR entame un nouveau cycle cette saison. Quel est ton sentiment vis-à-vis du club ?

C’est vrai que Montpellier fait beaucoup parler de lui en ce moment. Je connais très bien ce club depuis que je suis petit, c’est une histoire de famille pour moi. Je suis persuadé que le MHR a de beaux jours devant lui, notamment avec le nouveau staff qui arrive. Je sens une envie de recréer ce contexte familial, formateur, qui a toujours été la grande force de Montpellier. J’ai le sentiment que c’est vers ça qu’on veut revenir !

Quels sont tes objectifs en revenant au MHR ?

Mon objectif personnel, c’est de travailler, côtoyer les plus grands et apprendre à côté d’eux. Je vais essayer de jouer ma carte !  Je sais que ce sera compliqué, je suis encore jeune. Je suis déterminé à prendre tout ce qui est à prendre avec un grand bonheur, et je travaillerai dur pour qu’on m’en donne un peu plus !