• InterviewInterview

Timoci Nagusa avant SUA - MHR

Le 02 mars 2018

Arrivé à Montpellier en 2010, Timoci Nagusa fait partie des « anciens » de l’équipe. Auteur de 80 essais sous le maillot du MHR, il est le meilleur marqueur du club, mais aussi l’une des coqueluches du public. Au moment de monter dans le bus, où il a même sa couchette attitrée, « Jim » nous parle du match de la confrontation qui l’attend demain face au SUA.

Jim, comment l'équipe a-t-elle préparé ce match face à Agen ?

C’était une semaine un peu bizarre pour nous au regard de la météo… On ne s’est pas beaucoup entraîné cette semaine à cause de la neige. On est même contrait de faire le « Captain Run » à Agen. Mais tout le monde est prêt pour ce déplacement !

Pas trop surpris par la neige, justement ?

Oh, si ! (Rires) Ça fait un petit moment que je suis à Montpellier et c’est la première fois que je vois ça… C’est déroutant. J’en ai profité pour faire un bonhomme de neige avec mon fils ! Nous les Fidjiens, on aime la neige, parce qu’on ne la voit pas souvent !

Que peux-tu nous dire sur le SUA ?

C’est une équipe surprenante. Ils ont gagné à l’extérieur la semaine dernière face au Stade Français (34-36). Ils ont l’ambition de se maintenir en Top 14… Je connais quelques joueurs chez eux comme Akapusi Qera et Filipo Nakosi. Et je sais qu’ils ont d’autres bons joueurs derrière. Ce sera un match difficile.

Quelle a été la réaction de l’équipe après cette courte victoire face à Bordeaux ?

Nous n’étions pas forcément satisfaits de nous-mêmes après ce match. Mais le plus important est d’avoir remporté la victoire et pris quatre points. Aucune équipe n’est parfaite et aucun match n’est parfait. On a beaucoup appris de ce match. Il nous servira pour aborder la rencontre de demain.

Une nouvelle victoire à l'extérieur augmenterait les chances de terminer parmis les deux premiers...

Evidemment, l’idéal serait de rester dans le Top 2 (synonyme de qualification directe en demi-finale, NDLR). Mais chaque match que l'on joue, on veut le gagner.

Pour finir, un mot pour nos supporters ?

Une équipe n'existe pas sans ses supporters. Nous avons vraiment besoin de leur soutien tout au long de la saison. Nous sommes une famille. Je sais que ce n’est pas toujours facile. J'aimerais que l’on reproduise ce qui s’est passé 2011, quand nous avons atteint la finale du Top 14. Cette année-là, ça ne concernait pas que l’équipe : c’était une communion avec les supporters, qui étaient très nombreux derrière nous. J’espère que cette saison, ils nous aideront encore une fois à nous hisser jusqu’en finale !