Top14 - Grenoble - 02/11/2013

Compte rendu du match

Le MHR au sommet des Alpes

Il faut bien le reconnaître, le MHR n’est pas dans une très bonne passe. Deux défaites consécutives, un avenir européen assombrit, un Top 14 des plus difficiles, les deux semaines de trêve internationale vont faire du bien. Mais avant de penser à se reposer, le MHR a un dernier effort à fournir. Faire de la réception de Grenoble une priorité pour renouer avec la victoire et partir en vacances l’esprit tranquille. Une tâche qui semble loin d’être insurmontable pour nos cistes, mais attention, il n’y a pas de matches faciles ou de matches moins importants. Ils valent tous le même nombre de points. Et ces points là justement feraient énormément de bien.
 
Et le début de match ne réconforte pas grand monde, car dès les premières incursions iséroises dans le camp montpelliérain, Hart et Caminati, tous les deux sur pénalité marquent les premiers points du match. 0-6 après 8 minutes de jeu, cette rencontre ne va pas être une formalité pour ceux qui en doutaient encore. Et les fautes de mains et autres coups de pied direct en touche n’arrangent rien. Heureusement, la conquête est là pour remettre les choses dans l’ordre. Après une combinaison en touche parfaitement orchestrée par Ivaldi et Tulou, un pilonnage des gros envoi le géant géorgien Mamuka Gorgodze derrière la ligne. Essai transformé, et le MHR prend l’avantage, 7-6. Mais l’indiscipline héraultaise leur complique grandement la tache en ce début de match. Cette fois-ci c’est la mêlée qui est mise en cause et Hart ne se fait pas prier pour redonner l’avantage aux siens. 7-9 après 18 minutes. Cela n’empêche pas Montpellier de faire le jeu, et une percée de Sicart avec un relai de Tuitavaké permet à Nagusa de courir jusqu’à la ligne, mais ce dernier est coupé dans son élan pour un en-avant de passe. Blessé dans leur orgueil, nos cistes envoient du jeu, s’appuyant sur des valeurs sures comme les cannes de leurs ¾, la puissance de leurs gros, mais une faute de main est toujours là pour ternir les occasions. La conquête elle récompense les efforts bleus, et obtient une pénalité convertie par le néo-international, Jonathan Pélissié. 10-9 à la 25ème minute. Mais les grenoblois, forts de deux succès à l’extérieur cette saison jouent chaque ballon dans l’optique de mettre leurs adversaires à la faute. Stratégie payante, puisque après une belle relance depuis leurs 22, Hart obtient une nouvelle pénalité qu’il transforme sans difficultés. 10-12. Mais, par un jeu de mouvement très alerte, fait des passes à l’instinct, les ¾ s’échangent le cuir pour envoyer Tuitavaké à dame, qui repris par un placage salvateur, commet un en-avant dans l’en-but. Nouvelle occasion ratée. Chassez le naturel, il revient au galop comme on dit. 
Le MHR n’arrête pas pour autant sa marche en avant, et multiplie les temps de jeu pour que Trinh-Duc placé dans un fauteuil ajuste un drop parfait pour redonner l’avantage aux siens, avant d’en ajouter un second malgré un carton jaune infligé à Nagusa. 16-12 à la pause, mais il en faudra plus pour vaincre cette équipe grenobloise pas venue ici pour ramasser des champignons. 
 
La deuxième période commence par un échange de coups de pied entre Paillaugue qui en réussi deux et Hart qui n’en passe qu’un pour porter le score à 22-15 après 53 minutes.  Mais à l’image de ce que l’on a pu voir lors de la première période, le MHR se montre joueur mais souffre de fautes de mains le stoppant dans son élan et reste à portée de fusil d’un essai grenoblois. Un nouveau coup de sifflet de l’arbitre pour une faute montpelliéraine (encore une) provoque la sortie sur carton jaune (encore un) de Bias. De l’indiscipline, encore de l’indiscipline, toujours de l’indiscipline, et le MHR se retrouve sous pression à un peu plus de 10 minutes du terme. Mais en difficulté à quelques mètres de sa ligne, la défense héraultaise ne plie pas. Intervient alors l’heure des châtaignes, c’est la saison, histoire de se réchauffer un peu. Et il faut l’admettre, l’acte d’antijeu du talonneur grenoblois sur Benoit Paillaugue avait de quoi échauffer les esprits.  Une manchette alors que le jeu était arrêté qui lui vaut un carton rouge, et pas de quoi crier au scandale. Il n’en fallait pas plus pour énerver nos bleus qui obtiennent une pénalité convertie par Paillaugue. 25-15 à 7 minutes du terme, le MHR se met à l’abri. Du moins c’est ce que l’on pensait, avant que Hart ne passe une nouvelle pénalité, pour revenir à 7 points. 25-18, de quoi rendre la fin de match légèrement crispante. Et la dernière mêlée grenobloise dans les 22 montpelliérains fait parcourir un immense frisson dans le dos de tous les supporters. Heureusement une offensive mal gérée, et le MHR peut se dégager. Le coup de sifflet final fait donc pousser un grand ouf de soulagement au stade Yves-Du-Manoir tout entier.
 
Face à une belle équipe de Grenoble, valeureuse, coriace, et qui en embêtera plus d’un cette saison le MHR a tenu bon après s’être longtemps fait peur. Victoire 25-18 dans la douleur et une place de co-leader à la clé. Cela valait bien le coup de fournir un dernier effort. Place désormais à des vacances qui vont faire le plus grand bien avant de défier Castres, champion de France en titre. Une vieille connaissance. 
 
Texte: Adrien Lignères
Photos: Fabrice Chort
 
Points MHR :
Pénalités : Pélissié (25ème), Paillaugue (47ème, 53ème, 73ème)
Essais : Gorgodze (14ème)
Transformations : Pélissié (15ème)
Drop : Trinh-Duc (36ème, 40ème)
 
Points FCGR :
Pénalités : Hart (4ème, 18ème, 29ème, 50ème, 75ème), Caminati (8ème)
 
Composition MHR :
1. Mischa Nariashvili (64ème : 23. Yvan Watremez) – 2. Mickaël Ivaldi (48ème : 16. Charles Géli) – 3. Maximiliano Bustos (51ème : 17. Nicolas Mas) – 4. Thibaut Privat (60ème : 18. Mickaël De Marco)– 5. Robins Tchalé-Watchou – 6. Alexandre Bias – 7. Mamuka Gorgodze – 8. Alex Tulou – 9. Jonathan Pélissié (29ème : 20. Benoit Paillaugue) – 10. François Trinh-Duc – 11. Yoan Audrin (73ème : 21. JP Du Plessis) – 12. Thomas Combezou – 13. Anthony Tuitavaké – 14. Timoci Nagusa – 15. Benoit Sicart (27ème : 22. Anthony Floch)
 
Composition FCGR :
1. Albertus Buckle (51ème : 16. Romain David) – 2. Vincent Campo (54ème : 17. Anthony Hegarty) – 3. Dayna Edwards (62ème: 23. Richard Choirat) – 4. Hendrik Roodt – 5. Ben Hand (61ème: 18. Andrew Farley) – 6. Jonathan Best – 7. Fabien Alexandre (66ème: 19. Cédric Beal) – 8. Florian Faure – 9. James Hart (78ème : 22. Nicolas Bézy) – 10. Blair Stewart – 11. Julien Caminati – 12. Nigel Hunt – 13. Rida Jaouher  (75ème : 21. Geoffroy Messina) – 14. Benjamin Thiéry (75ème : 20. Matthieu Nicolas) – 15. Fabien Gengenbacher
Photos
Vidéos